Bouquin #190 : Né d’aucune femme, de Franck Bouysse

[Né d’aucune femme – Franck Bouysse – 2019]

Il faut tout de même que je te parle de Rose. C’est important, surtout maintenant, pour qu’un caractère libre chasse de cet espace la nuque baissée de mon précédent billet. Rose m’obsède, à sa manière – une présence douce et opiniâtre. Je l’ai connue il y a quelques semaines et je ne sais toujours pas comment te la présenter, tant elle m’impressionne. C’est une sacré gamine, Rose. Une héroïne sauvage, une lumière.

Lire la suite

Publicités

Bouquin #189 : Suiza, de Bénédicte Belpois

[Suiza – Bénédicte Belpois – 2019]

Étrange comme ce roman m’a happée et énervée. Comme je l’ai dévoré avidement, le cul sur mes principes, et comme je le rejette à présent – en vérité, c’est Suiza qui s’éloigne comme il est venu, sans trop de bruit ni de conséquences. Pour résumer : je reste perplexe. Pourquoi tant d’éloges pour un texte cousu de saillies machistes, qui semble agir sans but, avec à peine de quoi attendrir ?

Lire la suite

Bouquin #188 : Trouble, de Jeroen Olyslaegers

[Trouble – Jeroen Olyslaegers – 2016, traduction française 2019]

« Trouble » : la traduction française ne pouvait mieux trouver, lorsque l’auteur propose, dans sa version originale, le tout aussi pertinent « Wil », surnom du héros et (quelle ironie !) expression de volonté. Mais « Trouble », bon sang, « Trouble » ! : LE mot précis pour définir cette étrange période que traverse le jeune Wilfried, policier au cœur de poète dans Anvers occupée…

Lire la suite

Bouquin #187 : Une chose sérieuse, de Gaëlle Obiégly

[Une chose sérieuse – Gaëlle Obiégly – 2019]

C’est une bien curieuse chose que cette chose sérieuse qui me plonge en baptême dans l’univers de Gaëlle Obiégly. J’ai laissé mariner l’expérience quelques jours, enchaîné sur d’autres bouquins sans doute plus rationnels, moins effrayants, avant de m’en remettre à ce coin du web qui sera une fois de plus dépositaire d’une lecture étrange, menée à la faible lumière de mes doutes et de mes empêchements. Ça parle d’apocalypse, d’humanité augmentée et de survivalisme – ça parle à mes peurs et au fantasme qui les anime. C’est dense, bizarrement cyclique, porté par la voix obsédante d’un sur-homme sincère et un peu fou. Une prophétie amère dont je ne me dépêtre pas.

Lire la suite

Bouquin #186 : Kiruna, de Maylis de Kerangal

[Kiruna – Maylis de Kerangal – 2019]

Il y a une sorte d’endroit merveilleux où je peux passer des heures : Google earth. De préférence aux exils Nord et Sud, dans ces coins isolés à peine documentés par des connectés de passage, où l’on trouve parfois de surprenants villages bâtis à la va-vite, en préfabriqués austères, avec en leur centre une église aux dorures immaculées, presque indécentes. Les routes sont droites et larges, les silhouettes emmitouflées brillent de fluo, beaucoup d’hommes, du béton, des grues, des casques de chantier. Ce qui me fait rêver devant un écran, ce que j’associe gentiment avec l’idée de retraite et de solitude se découvre sous un jour grisâtre, utilitaire, pas même glacé.

Lire la suite

Bouquin #185 : Le diable emporte le fils rebelle, de Gilles Leroy

[Le diable emporte le fils rebelle – Gilles Leroy – 2019]

Sacrée claque. Attendue depuis longtemps et sur les crocs, puisque je rame, depuis le début de l’année, dans des lectures qui, à deux ou trois louables exceptions, manquent de piquant et me donnent les paupières lourdes – ou peut-être est-ce simplement mon attention qui hiberne, va savoir. J’avais donc besoin de court, de puissant, quelque chose de l’ordre d’un shoot pour me remettre dans les rails d’une vie littéraire curieuse et enthousiaste – en cas de coup de mou, se fier à la promesse d’un titre – et bim ! À point nommé, le diable m’a emportée moi aussi : chute en colimaçon dans l’âme maudite d’une si mauvaise mère…

Lire la suite