Je ferme la porte.

C’est étrange. A la première tentative pour écrire cet article, le clavier de ma capricieuse bécane ne s’est pas allumé. A la deuxième, les mots ont fusé trop vite, les lettres se mélangeant, idiotes et inutiles. La bête renâcle et je suis fébrile. Sur le seuil, entre deux eaux, depuis des mois – trop longtemps.

Aujourd’hui pourtant, je ferme la porte.

Lire la suite

2018 – faire sa part, se désoler.

Je suis là de nouveau, un peu perdue. Inquiète, toute en fronces et en chagrins. C’est ainsi que tu t’achèves, 2018, dans cette frayeur qui ne me quitte jamais vraiment, sans paillettes ni résolutions, douleur au corps de voir le monde périr. Je suis éponge des sécheresses et des avertissements, bouche amère face à l’urgence. Atrocement pessimiste. Mélancolique aux beaux jours.

Je vais pourtant bien, moi. Avec mon amoureux en or, mon quotidien de libraire chichement payée mais riche de son métier, ma maison tout juste acquise, mon ventre certes toujours creux mais offert à l’avenir. Je suis heureuse de mon état, de ma santé galopante, de ma toute petite famille si aimante, de mes finances correctes, de ma solitude respectable, de mes efforts, de mes progrès.

Tout roule.

Tout se casse la gueule.

Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout ! (Mai et juin 2018)

Deux-mois-en-un aujourd’hui (chouette, non ?) : autant je suis fidèle et en avance aux rendez-vous de la vie-la-vraie, autant je me laisse aller quant à ma présence en ligne. Si je n’ai pas trop traîné par ici ces dernières semaines, c’est surtout par flemmingite aiguë, mais aussi un peu par désespoir de constater que la blogosphère périclite à petit feu et me semble de plus en plus bouffée par les réseaux et leurs algorithmes à la mords-moi-le-noeud (tu valides l’argument, dis, dis ?). Mais je m’égare déjà – toutes mes excuses, ce n’est pas super joyeux de commencer un article sur un ton si morose, alors pour redonner un peu de paillettes à ces pixels tout ternis, parlons un peu de bonne came littéraire, veux-tu ?

Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout ! (Avril 2018)

Ça y est, me voici revenue dans le grand jeu du bilan mensuel ! Je ne sais pas si c’est de saison ou d’humeur, mais je prend de nouveau un plein plaisir à tenir ce coin du web (je t’expliquais le mois dernier mes doutes quant à son existence…), d’autant plus depuis que je ne m’astreins plus à écrire sur chacune de mes lectures. Ce qui se voulait, au départ, un carnet virtuel au recensement précis de mes découvertes prend de plus en plus la forme d’un espace libre que je tiens avant tout pour moi-même et que je délaisse peu à peu de toute contrainte. Seule exception à cette non-règle autocentrée : le joyeux rendez-vous du 1er, lancé par Julia-Lupiot et face auquel je me sens pleinement à l’aise. Mais je blablate, je blablate : halte là, place au bilan du mois !

Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout ! (Juin 2017)

Dernière mouture avant ma loooongue pause de l’été (je prévois de revenir au 15 août avec plein de chouettes chroniques de la rentrée littéraire). Au programme aujourd’hui : du très bon, du moins bon, des idées lectures glanées ça et là même si je n’aurai jamais le temps de m’y atteler, deux trois trucs « bloguesques » qui m’ont aidée à réfléchir et à prendre du recul quant à mon activité en ligne, et un « joyeux nombril » pas foufou mais plein de bonne volonté. Pour les règles du jeu, comme toujours, rdv chez Lupiot.

Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout ! (Avril – Mai 2017)

Deux-mois-en-un, parce qu’au 1er mai je voguais quelque part entre les cartons, le ménage et les révisions express de dernière minute et que j’ai franchement eu la flemme de me poser pour « balancer » avril sur la toile. Deux-mois-en-un et ma vie tourneboulée pour le meilleur, deux-mois-en-un truffés de lectures au poil et de chouettes découvertes, bref, voilà le programme…

(Pour les règles du jeu, rdv chez Lupiot !)

Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout ! (Mars 2017)

Mais quel mois de Mars ! Quel fantastique et terrifiant mois de Mars, les amis ! Filé en une étincelle : entre bûchage de cours, préparation des mois à venir et passage impromptu à l’hosto, j’ai à peine trouvé le temps de manger du bouquin (mais promis, je me rattrape bientôt – je disais déjà cela le mois dernier), et c’est très frustrant. Pas assez cependant pour passer au travers de cet original bilan que je prends toujours autant de plaisir à rédiger (gloire à Lupiot pour l’invention de ce merveilleux rendez-vous) !

Lire la suite