Bouquin #206 : Le terroriste joyeux, de Rui Zink

[Le terroriste joyeux – Rui Zink – 2015 ; VF 2019 – traduit par Maïra Muchnik]

Tu sais comme je les aime, ces textes courts, vifs comme un trait de flèche, qui nous émerveillent et se savourent comme des bonbons. Ces petits trucs un peu ovnis que l’on se plaît à relire, comme ça, entre deux, coup de boost. J’ai trouvé ma came, cette rentrée, chez Agullo, avec un bouquin tout à fait surprenant et étrangement lucide sur lequel je me suis bien marrée : le face à face absurde entre un terroriste-malgré-lui et son interrogateur falot…

le terroriste joyeux rui zink agullo

C’est bien moi qui l’ai fait mais c’est pas ma faute j’étais pas au courant, ou comment admettre sa faute à moitié en serrant les fesses pour que cela passe. Avouons-le, on a tous et toutes eu un jour recours à cette technique de petit filou à demi honnête pour espérer sauver sa peau face aux accusations de plus malin que soi. Mais bon, c’était du temps où nous étions gosses et un tantinet naïfs, et les bêtises en question ne furent jamais bien graves…

Ici, le roublard est un adulte tout à fait sérieux, interpellé dans un aéroport avec une bombe – mais qu’y a-t-il de mal à se trimballer avec un explosif, lorsque l’on ne montre aucune intention à le déclencher ? Sur ce postulat somme toute assez cohérent, quoique indécent à nos oreilles effarées, Rui Zink déroule un dialogue absolument succulent, dans lequel notre joyeux terroriste défend sa couenne sur une argumentation solide – on en reste bouche bée, et le flic de même.

N’a-t-il pas signalé, à la douane, venir tout bonnement faire du terrorisme ? Est-ce sa faute si le pinpin d’en face, par habitude, a entendu le mot tourisme ? Et puis, la situation n’aurait-elle pas été bien plus claire s’il avait pu, avant l’embarquement, remplir un formulaire stipulant ses motivations ? D’un objet de sécurité invraisemblable et absurde (le fameux questionnaire ESTA pour l’entrée aux États-Unis), Rui Zink tire une logique tout à fait recevable, et renverse la situation au profit des agitateurs… et du bon sens.

C’est, en creux, toute une époque qui résonne à travers cette discussion de plus en plus insensée (et de plus en plus drôle !), qui éclaire, en quelques pertinences, les dérives sécuritaires aberrantes et souvent inefficaces accouchées par la peur… Dépouillés de leur rôle social (le méchant terroriste, le policier loyal), ce sont simplement deux hommes qui échangent, plus égalitaires qu’on ne le croit, jusqu’à se retrouver dans le même panier – mais chut, ne spoilons rien…

Délicieux à la lecture, Le terroriste joyeux mériterait son adaptation théâtrale !

« – Et vous en concluez que le terrorisme serait socialement adapté.

– De là où je viens, il l’est.

– Sérieusement ?

– Du moment que c’est pour l’export.

– Ah. Naturellement.

– Mon cousin et ses associés ont même un joli panneau à l’entrée de leur boutique, avec un slogan amusant : visitez d’autres pays et explosez de joie. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s