C’est le 1er, je balance tout ! (Mai et juin 2018)

Deux-mois-en-un aujourd’hui (chouette, non ?) : autant je suis fidèle et en avance aux rendez-vous de la vie-la-vraie, autant je me laisse aller quant à ma présence en ligne. Si je n’ai pas trop traîné par ici ces dernières semaines, c’est surtout par flemmingite aiguë, mais aussi un peu par désespoir de constater que la blogosphère périclite à petit feu et me semble de plus en plus bouffée par les réseaux et leurs algorithmes à la mords-moi-le-noeud (tu valides l’argument, dis, dis ?). Mais je m’égare déjà – toutes mes excuses, ce n’est pas super joyeux de commencer un article sur un ton si morose, alors pour redonner un peu de paillettes à ces pixels tout ternis, parlons un peu de bonne came littéraire, veux-tu ?

°1

Le top :

Qu’il est difficile d’élire LE coup de cœur parmi le bouquet de belles lectures qui ont fleuri mon printemps ! Je triche, en voici deux, très différents : un lys et une colchique.

Fotor_152804833119029.jpgDéchirant et sublime, Le bleu du lac m’a ravie, et je m’incline devant ce texte fulgurant, porté par une voix de femme qui trouve sa justesse sous la plume d’un homme – j’ai été bluffée et très touchée par cette sensibilité.

bad news sundaram

Sur un autre registre – aussi toxique que réel, je ne peux que te conseiller à fond fond fond le dernier Anjan Sundaram paru chez Marchialy. Bad News rend compte de l’état de la presse sous une dictature, en l’occurrence au Rwanda : c’est ahurissant et nécessaire – bien malheureusement.

Le flop :

IMG_20180609_144016_514.jpgJe profite de ce billet pour caser ici un flopichon flopitounet bien mou et bien décevant dont j’ai eu la flemme de te parler plus en détails : Les jours de Vita Gallitelli, d’Hélène Stapinski, au Globe. Ce qui s’annonçait comme une enquête passionnante dans la veine des meilleurs récits de narrative non-fiction retombe en réalité comme un soufflé raté. L’auteure part en Basilicate percer le mystère de ses origines et de ses ancêtres meurtriers… et rame, rame, rame à grand peine sans susciter le moindre intérêt. Ce n’est pas très bien écrit, les vides sont comblés à la pelle à tarte, et on a le droit à quelques considérations sur le rôle de la femme – mater dolorosa avant toute chose – qui me restent encore en travers de la gorge… Seul point positif : la description très juste et tout à fait bienvenue d’une Italie fendue en deux par la misère…

°2

Je ne vais pas te mentir, je vais surtout cesser de ME mentir : c’est bien beau, toutes ces envies récoltées ci et là au gré de vos écrits, mais elles resteront pour moi mirage – parce que je ne lis désormais que des nouveautés, ou presque, pour le boulot, parce qu’il y a déjà la rentrée littéraire à préparer, parce que diantre, bien trop de belles choses sont éditées pour pouvoir toutes les savourer… J’aime passionnément mon métier de libraire et le rayon dans lequel j’évolue, mais je résiste mal à la frustration qu’il implique : souvent je me prends à vouloir lire ailleurs, pour moi, en rattrapage, du poche bon dieu, et deux-trois fois par an je m’autorise cet écart – sortir de la nouveauté bien belle et bien brochée. En attendant, je lis vos découvertes et vos coups de cœur et je prend note pour plus tard, pour dans cent-mille ans, quand je serai à la retraite disons.

Et donc, parmi la moisson d’envies du mois, je note :

  • petit traitéLe Petit traité des privilèges de l’homme mur […] de Flemming Jensen, qui m’a l’air absolument libérateur et désopilant, et dont Usva livre une très alléchante chronique. J’avais déjà abordé l’auteur danois avec Imaqa, sans grand succès, mais ce joli recueil me semble une belle manière de renouer avec sa plume.

  • mamie lugerMamie Luger, de Benoît Philippon, un truc hors-norme qui m’a tout l’air d’être très rock n’ roll : mamie centenaire, féministe et pro de la gachette. Et le billet d’Yvan fait diablement envie… C’est con, j’ai hésité à le lire au printemps celui-là, je n’aurais pas du…

  • Et puis le grand classique, un vide dans ma culture pour lequel je poserais bien une extra-semaine de congés : Don Quichotte, que « Madame Lit » comme tant d’autres a beaucoup aimé, et dans lequel il faut décidément que je me lance, d’autant plus que j’en possède une version illustré aussi belle que lourde…

°3

yukakaLa découverte connectée du mois me vient de ma copine Clem, qui m’a fait tester un indispensable du quotidien… L’application Yuka, qui te permet d’évaluer la qualité de ce qui compose ton assiette… De la boite de haricots au paquet de petit-beurres, tout passe au scan et obtient un résultat basé sur le Nutriscore et fourni par la base de données libre Open Food Facts. C’est pratique, bien pensé, largement fourni en références, et cela m’a bien rassurée sur le contenu de mes placards. A tester !

°4

Pas de grande fierté ce mois-ci, ni de petite, juste la satisfaction d’une vie qui roule et de projets qui germent. Je suis fidèle à mes résolutions écolos et créatives du début d’année, je vais à mon rythme de tortue bienheureuse et je profite du soleil, enfin.

Enfin si, quand même, frétillement du nombril : j’ai converti ma mère à la lessive maison. Et je lui ai préparé un curry qu’elle a apprécié.

Tout ça dans la même semaine.

Et oui, il a neigé ensuite.

Beau mois de juillet, que ton été soit doux et joyeux !

A bientôt…

Lola.

16 réflexions sur “C’est le 1er, je balance tout ! (Mai et juin 2018)

  1. Avec mon compagnon nous sommes devenus des yukaddicts ! Des courses à faire + du réseau : bim on scanne ! XD Et c’est fou tout ce qu’on doit reposer tellement c’est mauvais… (Ouais, faut dire qu’on part de loin. Ahahah)

    Aimé par 1 personne

      1. C’est là qu’on réalise aussi la puissance du marketing. J’ai eu de ces déceptions ! Et aussi pas mal de colères quand on constate des additifs pouvant être nocifs ou non précisés par le fabriquant. Z’êtes sérieux ?!

        Une application au top, en somme ! 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai qu’il a comme un mou, j’ai l’impression. Il y a plusieurs blogs que je suis assidument qui ne publient plus ou presque plus. Et comme tout ce qui se passe sur facebook ou instagram me passent au-dessus de la tête…
    Je note encore tes tops, qui s’ajoutent à la liste titanesque des livres que j’ai envie de lire. Que veux-tu, tu me fais rêver à chaque fois !
    Je vais essayer l’application Yuka, histoire de voir si je ne suis pas trop mal niveau qualité. Je ne suis pas encore passée à la lessive maison, pure procrastination, j’ai honte !
    Passe un bel été !

    Aimé par 1 personne

      1. Après, il y a aussi des nouvelles (et sans doute des nouveaux, mais je n’en ai pas encore rencontré ^^) qui créent leur blog. Tout n’est peut-être pas perdu. Après, je ne suis pas une experte en blogosphère, donc je ne vais pas me lancer dans une analyse bien poussée. ^^

        Aimé par 1 personne

    1. Ahhhh, je ne suis donc pas la seule !
      Pour la lessive c’est très simple :
      Faire bouillir 20 gr de copeaux de savon de Marseille dans un litre d’eau. Une fois à ébullition, retirer la casserole du feu, laisser tiédir puis verser dans une bouteille en verre et y ajouter une bonne cuillère de bicarbonate de soude. Laisser reposer 24h et toujours bien agiter avant utilisation ! Tu peux aussi ajouter des huiles essentielles pour donner un peu d’odeur, moi je prends lavande et tea tree.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s