Le mois, les mots #5

En juin, j’ai glandé. Royalement, paisiblement, avec mon lot de bouquins et deux-trois rayons de soleil. C’était l’éden, pavé de découvertes fracassantes, certaines très dures…

La douleur – Marguerite Duras // L’espèce humaine – Robert Antelme

71 La douleur DurasJ’ai commencé le mois par un duo de lectures absolument pétrifiantes sur la Seconde guerre mondiale et le drame de la déportation. Après avoir tremblé sous les mots de Duras dans La douleur, je me suis tournée vers les écrits de son compagnon d’époque, survivant de Dachau, qui raconte son expérience dans L’espèce humaine.

73 L'espèce humaineDeux versants des atrocités nazies m’ont été dépeints à travers ce tandem littéraire : l’indicible souffrance de l’attente et de l’incertitude quant au retour du mari prisonnier, et le regard de ce même mari, confronté au pire des drames à l’ombre de la mort, omniprésente. La douleur m’a frappée par son authenticité et la puissance de la plume, hébétée, à bout. L’espèce humaine m’a enrichie d’une analyse terrible, car très réelle, des comportements de l’individu au bord de la déshumanisation. Ce sont deux lectures parfois ardues, mais essentielles.

Mes avis sur La douleur et L’espèce humaine

..

Le rapport de Brodeck – Philippe Claudel

74 Rapport de Brodeck ClaudelDans la même veine, j’ai dévoré Le rapport de Brodeck, de Philippe Claudel. Là encore, il est question de l’homme, de sa peur et, surtout, de son ignorance. Tissant sa trame entre présent (le meurtre d’un étranger excentrique) et passé (la grande purification opérée contre les juifs), Claudel interroge les racines de la violence et porte un regard à la fois tendre et amer sur ses personnages de papier, villageois paisibles mais malléables et capables du pire. La plume est délicieuse, le propos terrifiant : j’ai énormément apprécié ce moment de lecture.

Mon avis par ici

..

1984 – George Orwell

78 Nineteen eighty fourFinalement, l’on gravite toujours autour des mêmes sujets… L’homme toujours, qui, cette fois-ci, engendre le pire des totalitarismes. J’ai eu envie, ce mois-ci, de relire 1984, découvert comme beaucoup lors de mon adolescence. Bien m’en a pris : j’ai appréhendé l’œuvre sous un tout autre angle, en me focalisant beaucoup plus qu’auparavant sur la machinerie psychologique mise en place par Orwell afin de façonner les hommes en affamés de pouvoir. Un chef d’œuvre !

Mon avis par ici

..

Ce mois-ci, j’ai – enfin ! – plongé dans le mythique Vol de nuit d’Antoine de Saint-Exupéry : c’était d’une beauté absolue.

J’ai également approfondi mon exploration de l’œuvre durassienne avec Dix heures et demie du soir en été, première lecture du mois.

Mes trois autres lectures furent en demie-teinte : j’ai vaguement apprécié Miniaturiste, de Jessie Burton, mais sans plus ; je n’ai absolument rien pigé à Pays de neige, de Kawabata (une relecture s’impose !) et je me suis bien ennuyée sur les Mémoires d’une geisha, d’Arthur Golden – convenu, paternaliste et extrêmement chiant.

Depuis vendredi, je bosse dur ! Un job d’été aux horaires pas folichons va m’occuper durant tout le mois de juillet et la moitié d’août : je vais donc freiner un peu mon rythme de lecture et le blog sera probablement laissé en semi-jachère, avec un article de temps en temps, histoire de faire coucou à internet.

Je vous souhaite un très bel été et de belles lectures !

Lola

Advertisements

5 réflexions sur “Le mois, les mots #5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s