Le mois, les mots #3

Avril fut triste et maigrichon : je n’ai pris le temps que pour quatre bouquins seulement, si l’on omet les multiples – et pas toujours plaisantes – relectures de dernière minute pour les partiels… En mai, c’est décidé, je prends ma revanche et je me goinfre de livres… mais en attendant, voici un bref retour sur mes découvertes de printemps, qui m’ont baladée de la banlieue de Londres aux chaleurs moites de l’Argentine, en passant par l’Afrique – comme identité – et la Laponie du XVIIe siècle !

59 Le bouddha de banlieueJe me suis bien marrée, puis grandement ennuyée, à suivre les pérégrinations du jeune Karim dans Le bouddha de banlieue, de Hanif Kureishi. Un seul conseil à retenir : lisez la première partie, excellente… et laissez tomber le reste, qui se dégrade nettement. Dommage !

Mon avis par ici.

60 Trois femmes puissantesJ’ai ensuite savouré la plume sinueuse et poétique de Marie NDiaye dans Trois femmes puissantes, un roman-recueil qui se mérite, tant la virtuosité de l’écriture appelle à la concentration de son lecteur. Si la première nouvelle m’a un peu déçue, par sa temporalité floue et son achèvement trop brutal, les deux autres ont très vite comblé ce vide, et voici une lecture que je recommande chaudement, malgré un style-rodéo parfois difficile à appréhender.

Mon avis par ici.

61 Voyage en LaponieChangement brutal de décor – et de siècle – avec le Voyage en Laponie entrepris par Jean-François Regnard… en 1681. Très attirée par ce document historique, j’avoue cependant avoir été légèrement rebutée par ma lecture, en apprenant dès la préface  que l’aventurier intrépide a largement truffé son récit de plagiat… oh, le vilain ! Le tout reste intéressant, autant pour la forme que pour le fond, pour qui s’intéresse un tantinet au Grand Nord et aux expéditions historiques.

Mon avis par ici.

62 Le consul honoraireC’est en Argentine, au cœur d’une affaire diplomatique tout aussi complexe qu’absurde que j’ai terminé mon mois de lecture, avec Le consul honoraire, de Graham Greene : un roman intense et formidablement humain. Humour, action et tragique se succèdent dans cette œuvre magnifique, où le romancier pousse ses personnages aux limites de leur humanité : c’est Greene, et c’est grandiose !

Mon avis par ici.

Dans deux jours, deux petits jours, je passe mon dernier examen… Après cela, je lis, je lis, et je lis encore : j’ai notamment La maison dans laquelle qui m’attend, depuis peu, sur mes étagères…

Fin mai, je vais tâter de plus près le monde du livre avec un stage dans une petite librairie bordelaise, toute mignonne et pleine de ressources – j’ai hâte !

Je vous souhaite à tous un joli mois de mai et de belles lectures !

Lola

Advertisements

9 réflexions sur “Le mois, les mots #3

  1. Quatre livres, c’est tout à fait honorable ! D’autant plus que tu sembles privilégier la qualité à la quantité 😉
    « La maison dans laquelle » sera sûrement dans mes prochains achats (l’objet-livre est très beau, comme toujours avec cette édition)
    Bon courage pour les examens 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s