Bouquin #18 : Notes from a Small Island, de Bill Bryson

[Notes from a small island – Bill Bryson – 1995]

Ma chronique de ce soir sera courte – du moins je présume – puisque j’ai décidé de mettre de côté les observations de Bill Bryson sur l’Angleterre à mi-chemin. Non pas que Notes from a Small Island ne soit pas intéressant : au contraire, le bouquin déborde d’anecdotes authentiques sur l’expérience de l’écrivain lors de son tour du Royaume-Uni. Malgré tout, pour plusieurs raisons, je n’ai pu m’y plonger entièrement et mon expérience de lecture s’est avérée, en somme, plutôt ennuyeuse…

Bill Bryson Notes from a Small Island

Résumons : l’américain Bill Bryson, après presque vingt ans passés au Royaume-Uni, alloue six semaines à un dernier road-trip – en bus, en train, à pieds – à travers l’Angleterre et l’Ecosse qu’il a aimé observer et habiter, avant de repartir, avec femme et enfants, outre-Atlantique. Arrivé à Dover (Douvres) par le ferry de minuit en 1973, c’est ici que le baroudeur commence son pèlerinage, qui le mènera dans les villes où il vécut, travailla, ou qu’il visita jadis.

Ce livre, il « fallait » que je l’ouvre avant de moi-même quitter l’Angleterre. Pourtant, je n’ai pu aller jusqu’au bout. D’une part parce que les Notes from a Small Island s’adressent clairement aux locaux, ou à ceux qui connaissent profondément le pays, et ce n’est pas mon cas. L’avalanche de nom de villages, rues, collines… jetés à tout-va, on-s’en-fout-les-Anglais-reconnaitront m’ont d’abord déstabilisée, agacée, jusqu’à me décourager totalement. D’autre part parce que le livre accuse vingt ans d’âge, tout pile, au compteur – et que beaucoup de choses ont évidemment changé depuis.

Enfin, malgré quelques traits d’humour bien lancés qui m’ont aisément fait sourire, d’autres m’ont carrément refroidie : à vouloir singer la préciosité et les manières (bien réelles) de l’Anglais, Bill Bryson en fait trop, et fait parfois mal. J’ai perçu chez cette rolling stone des routes et des chemins une bonhommie sympathique qui en ferait un bon compagnon de voyage, mais aussi le caractère de l’homme qui, face à une audience, s’imagine important, se regarde écrire sans discernement et rit à ses propres blagues.

Résultat ? Overdose. J’ai remballé mon sac plein d’expectations et ai quitté Bryson aux portes de l’Ecosse. Cela dit, je ne déconseillerais pas ses Notes […] : pour qui aime le Royaume-Uni et n’est pas effrayé par une surabondance de noms propres, cela vaut le coup de s’y frotter… mais à petites doses, s’il vous plaît.

Advertisements

3 réflexions sur “Bouquin #18 : Notes from a Small Island, de Bill Bryson

  1. J’avais adoré Promenons nous dans les bois (randonnée dans le Maine, USA) et Nos voisins du dessous (exploration de l’Australie) de Bill Bryson. Je serai curieuse de découvrir sa vision de l’Angleterre mais ça ne m’étonnerait pas qu’il en fasse beaucoup trop… à lire à petite dose j’imagine, selon ta chronique … ^^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s