La lecture en langue étrangère : comment s’y préparer, par où commencer

Comme vous le savez peut-être déjà, je vis en Angleterre depuis un peu plus de six mois (et plus pour longtemps, snif !) et, toute férue de bouquins que je suis, j’ai saisi l’occasion pour me lancer dans la lecture en anglais. J’avais fini Le Chardonneret de Donna Tartt en novembre et, très impatiente de découvrir le premier roman de l’auteur, j’ai foncé dans le premier Waterstone venu pour m’acheter The Secret History à peine une semaine après mon arrivée. Et c’est ainsi que les lectures in English please se sont enchaînées…
Je vous parlerai uniquement de la lecture en anglais ici, puisqu’il s’agit de la seule langue étrangère que je maîtrise (fut un temps, hélas révolu, où je babillais aussi de l’espagnol…), mais mes petits conseils s’appliquent bien sûr à toutes les langues et presque tous les niveaux. Enjoy !

  • Se préparer : quels bouquins choisir, à quoi s’attendre

J’entends et je lis souvent un avis que, pour ma part, je n’appliquerais pas : les livres de young adult et jeunesse sont idéals pour commencer la lecture en langue étrangère. Évidemment, si ce genre vous est familier et que vous l’appréciez, n’hésitez pas. De mon côté, j’ai délaissé les livres jeunesse depuis que je ne suis plus une enfant (logique, non ?) et ma dernière lecture young adult date probablement de mes 17 ans. Un seul conseil, donc : soyez ambitieux dans vos lectures, ne vous limitez pas dans la difficulté et choisissez des livres et auteurs que vous aimez, ou que vous avez envie de découvrir. Même si le style est ardu et les premières pages difficiles, vous vous sentirez à l’aise et en confiance. Et ce sera aussi l’occasion d’observer les différences de la plume entre version originale et traduction, ou entre deux traductions dans deux langues différentes, une expérience plutôt intéressante.

Si les pavés vous font peur, tournez-vous vers de courtes éditions : pour ma part, j’ai acquis quelques Little Black Classics de chez Penguin, sortis à l’occasion du 80e anniversaire de la maison d’édition. Bonus : ces textes coûtent une paille (80 pence each) et vous pouvez vous les procurer en ligne ici.

Ma collection de Little Black Penguins
Ma collection de Little Black Penguins

Les QuickReads, petites nouvelles d’une quarantaine de pages éditées pour répondre au recul de la lecture chez les adultes outre-Manche, sont également une belle alternative, et conviendront aux niveaux moins élevés, puisqu’ils présentent des courtes histoires de qualité écrites avec un vocabulaire très accessible. Leur prix ? £1, mais là encore, internet vous les amène droit dans votre boîte aux lettres, moyennant un shipping international et des frais de port peut-être un peu plus élevés que la moyenne (et non, cet article n’est pas sponsorisé par Amazon !)

Je fus jadis une fervente utilisatrice du dictionnaire, mais je dois bien reconnaître que trimballer une brique de plusieurs kilos de lieu en lieu pour accompagner mes lectures, aussi cool et old-school soit-il, ce n’est pas très pratique. Oubliez les petits dicos de poche : ils ne contiennent que le basique de chez basique, et le mien ne m’a jamais été très utile. A la place, j’utilise l’application Reverso et sa traduction en contexte, qui offre plusieurs alternatives pour un seul mot. Cela dit, je suppose que toutes les applis se valent : il suffit simplement d’en tester plusieurs et de déterminer laquelle sera votre meilleur partenaire de lecture en VO.

  • Une fois face au bouquin, on fait quoi ?

Tout d’abord, on l’ouvre. Certes, la blague était facile. Une fois la cruciale étape passée, lancez-vous à corps perdu dans la lecture, mais surtout, prenez votre temps. A moins d’avoir déjà acquis un niveau exceptionnel, on lit moins vite en langue étrangère que dans sa langue maternelle, tout du moins au début. Pour info, j’ai mis presque deux mois à venir à bout de The Secret History. Ne vous découragez pas et n’hésitez pas à faire des pauses : trop de langue étrangère d’un seul coup est un exercice pour le cerveau, et pour peu que le texte soit un peu difficile, il vous implorera d’arrêter au bout d’une vingtaine de pages. Pas très réjouissant, n’est-ce pas ? Pourtant, à la dernière page, surtout s’il s’agit de votre première lecture en VO/langue étrangère, vous serez fier. C’est ce qui m’est arrivé avec Lolita : une lecture ardue, en sauts de puce, mais cette intense satisfaction d’en être venue à bout et, en prime, d’avoir apprécié l’histoire. L’esprit maso, moi ? Pas du tout !

Persister, c’est bien, mais ne vous forcez pas non plus. Il arrive que l’on aime un auteur dans sa traduction et non dans sa version originale : ce n’est pas un drame, refermez le bouquin et prenez-en un autre. Et si vous jugez la difficulté trop importante, le style trop ampoulé et impossible à saisir, même principe : passez à autre chose, mais attention, toujours en langue étrangère ! L’abandon n’est pas un échec, seulement une histoire de goût !

Enfin, le plus important : ne vous arrêtez pas à chaque mot incompris. C’est ce que j’avais tendance à faire au tout début, avide d’enrichir mon vocabulaire. Résultat, non seulement je n’ai presque rien retenu de ce que j’ai appris, mais lire dix pages me prenait une heure. Soyons sensés : lu dans son contexte (une phrase, une expression), la signification dudit mot est souvent facile à déterminer. Et si vraiment vous n’êtes pas sûr : Reverso, les amis !

Sur ces (bons, j’espère) mots, je vous laisse savourer vos prochaines lectures – quelle qu’en soit la langue.

By the way, si vous avez déjà expérimenté la lecture en langue étrangère, quels sont vos conseils ? J’attends vos réactions !

Lola

Publicités

23 réflexions sur “La lecture en langue étrangère : comment s’y préparer, par où commencer

  1. Je lis peu dans des langues étrangères même si j’essaie (anglais et allemand pour ma part) mais j’ai tendance à me décourager vite donc à laisser éternellement un livre en pause par flemme de lire 10 pages en 30 min (voire plus…).

    Je suis d’accord avec toi, lire du jeunesse ou du YA c’est bien quand on aime ça mais s’il faut s’accrocher parce qu’on n’aime pas le livre en plus d’avoir du mal avec la langue, je sais que j’abandonnerai tout de suite ^^ Alors oui, je passe pour une maso à lire Goethe en allemand plutôt que du YA mais c’est ce que j’aime et je suis beaucoup plus motivée pour continuer comme cela. Sinon je me décourage face à l’ampleur de la tâche et une intrigue qui ne m’intéresse pas plus que ça.

    Bonne lecture, in English or in French !

    Aimé par 1 personne

  2. Je pense que pour commencer à lire dans une langue étrangère, c’est plus simple de lire un livre qu’on a déjà lu (et accessoirement aimé) dans sa traduction française. De cette manière, on est familiarisé avec les personnages et l’intrigue, et l’on peut mieux se concentrer sur le style original (ou originel). J’ai commencé avec Frankenstein de Mary Shelley pour ma part, roman qui m’a permis de découvrir des vers blancs, c’est à dire des vers dissimulés dans la prose. Et oui, on dirait bien qu’il y a des alexandrins chez Mary Shelley !

    Aimé par 1 personne

    1. Ça peut en effet être une belle solution. Pour ma part, je ne relis rarement le même bouquin (à part deux ou trois que je rouvre au moins une fois par an), donc je préfère me lancer un peu à l’aveuglette. Mais chacun sa technique !
      D’ailleurs, ça me fait penser que Frankenstein dort dans ma PAL depuis quelques mois, il faudra bientôt que je réveille le monstre…

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai vue plusieurs vidéos sur comment se lancer dans la lecture en VO/langue étrangère, et ton article est pour moi celui qui me motive le plus. Tu donnes de bons trucs pour pouvoir réussir ! En ce qui me concerne, en 1ère j’ai voulu tenter La ferme des animaux, en Anglais, et j’ai laissé tombé au bout de 5 pages … Et cette année j’ai acheté L’odyssée de Pi, en Italien, comme je connais l’histoire grâce au film je me suis dit que ça serait facile de compréhension. Bon au jour d’aujourd’hui j’ai fait une trèèès grande pause de plusieurs mois, mais peut être que ton article va me remotiver 😉
    Merci en tout cas !

    Aimé par 1 personne

    1. Et je rajoute que contrairement à ce que je pensais, la fait de connaître l’histoire de L’Odyssée de Pi ne me motive pas vraiment, au contraire, comme je connais déjà je peine à avancer … Peut être pas la meilleure solution non plus …

      J'aime

      1. Ah, nos commentaires se sont croisés de peu 🙂 Dans ce cas, tu peux toujours te lancer dans l’inconnu ! Si je peux te conseiller une lecture en anglais assez légère et facile, ce serait Fried Green Tomatoes at The Whistle Stop Cafe (Beignets de Tomates vertes), de Fannie Flagg. Celui là a été vite avalé malgré son épaisseur et la langue ne m’a pas posé de problèmes.

        J'aime

    2. ça fait plaisir ! Comme le signale Textualités juste au dessus, lire en langue étrangère un bouquin dont on connait déjà l’histoire pour l’avoir lu en français ou vu l’adaptation est apparemment une bonne technique ! J’espère que tu apprécieras l’Odyssée de Pi, quelle que soit la langue dans laquelle tu le lis 🙂

      J'aime

  4. C’est un super article ! Il m’a été bien utile 🙂
    Pour ma part je lis surtout du YA en anglais, il faudrait que je me mette à la littérature adulte^^
    J’ai deux autres conseils :
    1) Vous pouvez essayer de lire en VO un livre que vous avez déjà lu en français, et si possible qui vous a marqué. Ça vous permet de devenir plus fluide dans votre lecture et d’apprendre du vocabulaire sans forcément de dictionnaire (en vous rappelant de la version française)
    2) Une autre approche peut être la lecture sur liseuse, car, je ne sais pas si c’est le cas pour toutes les liseuses, mais la mienne en tous cas permet d’avoir très rapidement la définition et la traduction d’un mot juste en le touchant. C’est assez pratique ^^

    Voilà voilà, bises !

    J'aime

    1. Rien ne presse pour que tu te mettes à la littérature « adulte » comme tu dis, l’important étant que tu lises ce qui te plaît.
      Et super conseil, le coup de la liseuse ! Je n’en ai pas, personnellement car je préfère le papier mais je suppose que cette fonction dictionnaire doit être bien utile 🙂

      J'aime

  5. Je lis très peu en langue étrangère, les premières pages sont plus ardues, besoin d’un dictionnaire à portée de mains… Mais je reconnais que j’avais envie de m’y remettre mais ne savais absolument pas par où commencer… Merci pour ces conseils 😉

    Aimé par 1 personne

  6. Je me tâte à commencer la lecture en langue étrangère aussi. Je pense qu’à à la rentrée je lirai And then there were none d’Agatha Christie, j’avais lu le résumé en français et il me tentait, puis j’ai découvert qu’un ami l’avait dans sa biblio en VO, alors pourquoi pas ?
    C’est un bon conseil de dire qu’il ne faut pas s’attarder sur chaque mot. Le temps passant on finit par les apprendre et effectivement, dans le contexte on peut assez bien imaginer la signification.
    Mais en plus de lire en anglais, j’aimerais beaucoup lire en espagnol. Je le parle couramment mais je n’ai jamais pris l’habitude de lire des bouquins en espagnol…
    En tout cas merci pour cet article, ça me motive encore plus !

    Aimé par 1 personne

    1. De rien ! C’est vraiment enrichissant de lire en langue étrangère en effet, surtout si on la parle couramment ! Avec un bon niveau on commence à s’apercevoir des figures de style et à apprécier la musique des phrases.

      J'aime

  7. Je lis de plus en plus en VO (anglais uniquement) en ce moment car au final, c’est un peu comme une traduction de film : on ne peut pas toujours retrouver le style et le sens exacts à travers les mots d’un traducteur. C’est un peu difficile au début mais quand je suis dans l’histoire je ne me rends même plus compte que c’est de l’anglais. Je lis surtout du jeunesse, du YA et un peu de thriller, parce que les classiques m’effraient encore un peu, même en français j’ai parfois peur de ne pas tout saisir et de mal analyser les propos de l’auteur.

    Pour les personnes qui veulent lire en VO et qui ont un niveau encore assez moyen, je recommanderai plutôt de commencer par un livre qu’elles ont déjà lu et apprécié en VF, c’est un peu moins impressionnant.

    En tout cas, merci pour cet article, c’est intéressant de voir comment les autres s’y prennent pour lire en VO :). Je suis bien d’accord en ce qui concerne les mots qu’on ne comprend pas forcément, ils prennent généralement leur sens dans le contexte, sauf si c’est un terme qui revient constamment et qu’on ne comprend absolument pas !

    J'aime

  8. J’ai de plus en plus envie de lire en VO mais j’ai peur d’abandonner, je ne suis pas vraiment très forte en anglais… Mais ton article me fait réfléchir, je vais essayer de me lancer 🙂 Je me dis qu’Harry Potter peut être une bonne idée pour commencer étant donné que je le connais déjà très bien, qu’en penses-tu ? 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, si tu l’as déjà lu en français ou que tu as vu les films, bref que tu connais la trame de l’histoire, c’est une bonne idée ! Il faudra juste t’adapter aux noms des personnages en VO qui sont différents de la traduction française.

      J'aime

  9. Article très intéressant! Je lis beaucoup en langue étrangère, en espagnol dans mon cas, et je ne peux qu’être d’accord avec tes conseils. Je me remets doucement à l’anglais, mais c’est assez compliqué je dois le reconnaître. Même si je regarde des séries en vostfr, ce n’est pas du tout la même chose que de lire, et la fatigue du boulot n’aide pas. Mais je ne désespère pas!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s