Bouquin #16 : Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie

[Americanah – Chimamanda NGozi Adichie – 2013]

J’avais huit ans lorsque je connus mon premier chagrin littéraire. Je venais de terminer un livre « super-méga-bien », de mon avis d’enfant, et ma bouille affichait un voile de tristesse d’être soudainement séparée de personnages auxquels je m’étais trop attachée. Je crois bien que c’est ma mère qui, à l’époque, avait tempéré ma peine en me rappelant très judicieusement qu’il suffisait de rouvrir mon bouquin pour y retrouver mes amis de papier. Si je m’étends sur cette anecdote aujourd’hui, c’est que mon tourment de gamine a refait surface avec Americanah. Et que je manque de mots pour décrire cette bombe de littérature, très dense, riche en émotions et en découvertes, de ce genre de livres qui ouvre les yeux, prend par la main et nous immerge dans une histoire contemporaine, très touchante, marquée par des personnages dont on ne peut se détacher.

Americanah Chimamanda Ngozi Adichie critique avis

Adolescents, Ifemelu et Obinze tombent amoureux. Mais leur Nigéria souffre de la dictature militaire et ceux qui le peuvent quittent le pays, à la poursuite d’un quotidien meilleur. Ifemelu décolle pour les Etats-Unis. Et se découvre, outre-Atlantique, exister en tant que Noire, dans un pays où les relations humaines demeurent teintées du concept de race. L’on suit alors le parcours de la jeune fille, entre grande avancées et déboires amers, seule et courageuse, à l’assaut d’une vie dont elle ignore les contours, à bâtir au pays de l’immense et des possibles.

Pour autant, Americanah ne se conforte pas dans son statut de roman d’apprentissage : à travers les aventures banales de son héroïne, Chimamanda Ngozi Adichie donne à réfléchir, sur la place de l’étranger en terre d’accueil, mais surtout sur le regard, tantôt condescendant, tantôt trop sympathique, très rarement naturel, du Blanc sur le Noir, et « pire », sur l’immigré Noir. Des impressions appuyées par les posts du blog d’Ifemelu, disposés çà et là, toujours au moment opportun, dans le texte : celui, par exemple, sur la véritable couleur de peau, plutôt claire, d’Obama amène une idée intéressante : la notion de race ne relève pas de la biologie, mais de la sociologie.

Et Obinze, dans tout ça ? Resté au Nigéria, il se verra refuser un visa américain après les évènements du 11-Septembre et partira ainsi pour l’Angleterre, d’où il se fera expulser – un passage cru, sans fioritures, qui explose à la figure et serre le cœur. Revenu dans un Nigéria libéré du joug militaire, le jeune homme investit dans l’immobilier et bâtit un empire.

Ifemelu, elle aussi, rentre au pays. Et le choc culturel qu’elle subit alors s’habille de la même violence que celui vécu quinze ans auparavant, à son arrivée aux States. Ses goûts, son langage, tout a changé : elle est devenue une « Americanah ».

Mise à part la dernière partie, un peu longuette, sur les retrouvailles entre Ifemelu et Obinze, je ne peux que m’incliner devant cette masterpiece de Chimamanda Ngozi Adichie, qui, en sus de sa plume riche et captivante, nous livre un regard intelligent et argumenté sur l’immigration et le racisme latent, souvent non-intentionnel, envers les Noirs des USA. Ajoutez à cela des personnages plein de caractère et extraordinairement attachants, et vous obtiendrez mon coup de foudre de l’année 2015 so far, ce livre que je me promets d’offrir à tous mes proches, parce qu’il est de ceux qui font voyager, apprendre, et grandir.

Et réfléchir, indéniablement. En voici un extrait qui m’a beaucoup touchée.

Americanah extrait

En anglais : Americanah, Chimamanda Ngozi ADICHIE, Fourth Estate publishers, Février 2014, 477 pages.
En français : Americanah, Chimamanda Ngozi ADICHIE, Gallimard (coll. Du monde entier), Janvier 2015, 528 pages.
Advertisements

14 réflexions sur “Bouquin #16 : Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s