Bouquin #14 : Lolita, de Vladimir Nabokov

[Lolita – Vladimir Nabokov – 1955]

Lire la perversion. Me plonger dans une œuvre déviante et scandaleuse. Voilà ce que me promettait Lolita sous sa couverture séductrice. Et, contre toute attente et tout pêché, j’y ai découvert un roman d’amour pur, la confession dévote et passionnée d’un homme que, malgré la laideur de ses actes, fruits d’une pensée souillée, je n’ai pas réussi à détester.

Lolita

L’histoire, on la connait tous – ceux qui n’ont pas lu le livre auront surement visionné le film de Kubrick : Humbert Humbert, bel homme de lettres plus porté sur les jeunes filles prépubères que sur leurs mères, s’installe à Ramsdale, New England. Il y tombe amoureux de Dolorès Haze, « nymphette » de 12 ans, en qui il aperçoit le spectre d’Annabelle, son amour d’enfance, celui-là même qui déclencha une fascination particulière pour les fillettes.

Obsédé par sa mignonne Dolorès, Humbert Humbert s’impose une stratégie de chasseur, ne vivant plus que pour cette proie candide et sensuelle, à l’innocence câline déjà bien entamée. Lorsque le prédateur arrive à ses fins, et goûte enfin à la chair de sa demoiselle, tout sera mis en œuvre pour ne pas perdre la précieuse enfant, et un chantage odieux s’instaure entre les deux personnages.

Sordides sont les pensées d’Humbert Humbert, révoltants sont ses actes ; et pourtant, l’on ne peut s’empêcher de ressentir une profonde empathie à la lecture de son témoignage (Lolita est rédigé à la première personne, du point de vue du prédateur), mûri en prison, où l’inculpé mourra dans l’attente de son procès. Car s’il est fou, le pédophile l’est avant tout d’amour, et ce feu brûlant pour sa (trop) jeune compagne, qu’il touche comme un amant et regarde avec la tendresse d’un père, traînera le lettré, intelligent et riche, dans la pire des déchéances.

Lolita mais je t'aimais

Mais de la sympathie, bon sang, de la sympathie, est-ce bien possible ? Par une écriture très soignée, un brin cynique mais jamais pleureuse, Nabokov réussit un coup de maître : renverser l’esprit du lecteur attendri qui, éludant la pression « humbertienne » que subit Lolita (au corps vendu à des caresses adultes, aux faveurs monnayées contre un bout de vie normale), se surprend à considérer l’antihéros avec apitoiement. Et en oublie la vraie victime, cette fragile Dolorès Haze, à la jeunesse condamnée, au quotidien passé sur les routes au côté de son amant paternaliste, comme une fuite en avant.

[ Un gros bémol est cependant venu altérer ma lecture : je me suis lancée dans Lolita en anglais, et, si j’ai bien sûr tout compris, en prenant beaucoup de temps et en travaillant ma lecture, je crains cependant d’être passée au travers de quelques éléments tertiaires, le niveau de langue s’avérant trop avancé pour mes capacités. Je pense donc me procurer l’édition française à mon retour, afin de réexplorer l’œuvre comme il se doit ! ]
Publicités

13 réflexions sur “Bouquin #14 : Lolita, de Vladimir Nabokov

  1. Je l’ai lu il y a longtemps et en garde un très bon souvenir, pour son style avant tout. Mais c’est en effet un roman ambigu, comme le sont souvent d’ailleurs la plupart des bons romans dont la lecture prête à de multiples interprétations, ce qui fait leur richesse.

    Aimé par 1 personne

  2. Super critique, tu m’as donné très envie de le lire 🙂
    J’aime bien ces romans qui nous font douter ou nous faire éprouver de l’empathie pour une personne moralement peu défendable, c’est là où le talent de l’auteur peut vraiment faire la différence.

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai adoré le style de Nabokov.
    Même si le sujet est tabou et les actes de HH scandaleux, son récit qui ressemble plus à une plaidoirie nous fait ressentir une forme de compassion, voire même de pitié pour celui qui sera également la victime de cette aventure avec Lolita.
    C’est en tout cas l’impression que me laisse la lecture du roman.

    Aimé par 1 personne

  4. « se surprend à considérer l’antihéros avec apitoiement » Je trouve que ta phrase résume très bien ce que j’ai ressenti pendant ma lecture et j’ai toujours eu du mal à l’expliquer aux autres. C’est une drôle de coïncidence que je tombe sur ton article alors que j’avais envie de le relire récemment en anglais. Peut être que je n’aurai pas les mêmes difficultés vu que je l’ai découvert en français. Bref,merci pour cet avis.

    Aimé par 1 personne

  5. Je l’ai lu quatre fois ce livre et j’ai encore envie de le relire. C’est un chef d’oeuvre vraiment car à chaque relecture je découvre de nouvelles choses, je sais qu’à ma dernière lecture j’ai trouvé Humbert Humbert totalement narcissique et vicieux ce que je n’avais pas ressenti à la première lecture. Comme toi j’ai surtout ressenti de la compassion pour ce pédophile… Cependant quand on lit Tigre Tigre, on comprend vraiment qu’Humbert est un véritable prédateur… ce qui rend l’ouvrage encore plus malsain et intense.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suppose en effet que plusieurs relectures sont nécessaires pour vraiment cerner les personnages (enfin, surtout Humbert Humbert) et les envisager sous toutes les facettes. J’envisage d’ailleurs de relire Lolita dans les années qui viennent, avec plus de maturité. Mais peut être en français, car l’approche en anglais a été un peu dure…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s