Bouquin #12 : Mermoz, de Joseph Kessel (et mon amour pour le genre biographique)

[Mermoz – Joseph Kessel – 1938]

Qu’est-ce qu’écrire une chronique ? Donner son avis, émettre une critique, poser un regard tantôt aimant tantôt amer sur le livre, sur l’histoire ? L’exercice combine un peu tout cela à la fois. Ecrire une chronique sur Mermoz reviendrait donc à se fendre d’un jugement, celui d’une jeune femme du XXIe siècle, sur la vie aventureuse de l’homme qui, avalé par l’Atlantique en 1936, porta haut les couleurs de l’aviation française et ne recula devant aucun défi. Ainsi, plutôt que de chanter mon admiration, ma surprise et mes larmes, je préfère vous parler aujourd’hui de mon amour naissant pour le genre biographique.

Mermoz Joseph Kessel

Lorsque Kessel prit la plume, en 1937, pour raconter son ami Jean Mermoz, aucun citoyen de France, du Maghreb et d’Amérique du Sud n’avait jamais entendu parler de l’aviateur français. Le grand sourire, les exploits et la ténacité de l’Archange illustraient, dans les journaux, le développement audacieux de l’Aéropostale. Rescapé plusieurs fois de la mort en vol, Mermoz disparut finalement entre ciel et océan, à l’âge de 35 ans. Quelques années plus tôt, il avait rencontré l’écrivain Joseph Kessel, et les deux hommes s’étaient promis de narrer la vie du pilote ensemble. Kessel, malgré sa douleur, s’en sentira le devoir, quelques mois après le décès de son ami.

Voilà donc en Mermoz une biographie, avec, certes, tout ce qu’elle comporte de dates et de faits. Mais Kessel eut cette faveur que les journaux ne purent jamais toucher du doigt : de Jean Mermoz, il fut un ami intime, un camarade viril, un pair dans l’aventure, nourri du même sel de la terre et des hommes. Alors, Kessel raconte. Les sentiments, les regrets, les peurs. Les aventures et le caractère du grand pilote. Sa passion charnelle et divine pour la voie des airs. Sa force de travail époustouflante et son acharnement. L’aura implacable que projetait ce jeune homme beau et simple sur les plus solides rocs du milieu aérien. Kessel nous dessine non seulement l’homme, mais les vents qui le forgent. Plus que de le découvrir, il nous permet de le comprendre. Et nous fait tomber à genoux, tremblants, amoureux.

Voilà donc en quoi cela ça consiste, un récit biographique… Les faits étayent la grandeur. Les actions illustrent la psychologie. De ce genre littéraire, justement, j’avais déjà goûté en me plongeant, durant trois mois d’intense lecture en 2014, dans Joseph Kessel ou Sur la piste du lion (d’Yves Courrière, lui aussi intime de l’écrivain). Puisque l’aventure se prête à la non-fiction, et que les grands travaux subliment l’existence, j’ai décollé sans peur avec Mermoz, et ai laissé Kessel me guider à travers vols, attente, (dés)espoirs et aventures, dans un récit fidèle et sans voile.

Nul besoin de témoigner de la plume parfaite de l’académicien : mon amour pour Kessel n’a de limites que sa mort. Une fois encore, l’écriture m’a transportée, et m’a teintée du regret de ne pas avoir vécu un siècle auparavant, parmi les pionniers de la découverte du globe et des airs. Ce qui nous reste de ces années exaltantes, ce sont les écrits ; et à travers le portrait de Jean Mermoz, c’est un pan de l’histoire de l’aviation française internationale auquel Kessel, fou d’avion lui aussi, rend un hommage précis et juste.

Plus de Kessel par ici.
Advertisements

4 réflexions sur “Bouquin #12 : Mermoz, de Joseph Kessel (et mon amour pour le genre biographique)

  1. Excellent article sur le genre biographique, et qui me rappelle un instituteur qui nous donnait des cours d’éducation civique en citant souvent Mermoz comme exemple, car il l’avait connu. Autre biographie à lire, si je puis me permettre : celle de Blaise Cendrars par sa fille, Miriam Cendrars.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s